MENU

Un petit au grand cœur

 

Danick Martel n’accumule pas juste des points sur la patinoire, il les accumule aussi dans la communauté.

Depuis le début de la saison, le prolifique attaquant de l’Armada de Blainville-Boisbriand qui compte 96 points à sa fiche est plus que généreux de son temps. Il a participé à toutes les activités communautaires de son équipe en soutien à des causes importantes de sa région.

Il a multiplié les visites dans les écoles des Basses-Laurentides pour inciter les élèves à persévérer dans leurs études et il a participé aux nombreuses activités caritatives. Aussitôt que l’opportunité se présentait, il était de la partie.

Pour lui, il n’est pas question de manquer une occasion de faire sourire quelqu’un. Il poursuit en quelque sorte la tradition familiale. Son grand cœur, il le tient de sa grand-mère, Denise Tourigny, qui se veut son modèle. Quand il était plus jeune, celle-ci l’amenait au centre communautaire de Drummondville pour faire du bénévolat.

«Quand je vois sourire les gens, juste ça, ça vaut très cher. Je suis heureux de donner mon temps. Ce n’est jamais trop demandé. Ça devient aussi contagieux parce que j’entraîne mes coéquipiers», a précisé fièrement le petit joueur de centre âgé de 20 ans.

Pour une deuxième année de suite, l’Armada lui a accordé le titre de joueur humanitaire. «Danick est très généreux et il représente très bien notre organisation, a souligné le directeur général et entraîneur-chef, Joël Bouchard. Ça paraît qu’il est content d’être où il est rendu, car il démontre cette appréciation avec ses gestes. Il se donne totalement.»

Martel sera en lice pour obtenir le titre de la meilleure implication communautaire dans la LHJMQ et ainsi succéder à Charles-David Beaudoin.

Saison impressionnante

À sa troisième campagne dans le circuit junior québécois, le petit joueur de centre connaît une saison du tonnerre.

Cependant, à l’aube du camp d’entraînement, un nuage noir s’est profilé au-dessus de sa tête, menaçant son rendement. Non seulement il devait composer avec le surplus de vétérans pour obtenir l’un des trois postes convoités, mais il devait calmer ses démons au terme d’un été chamboulé par le divorce de ses parents.

«C’était difficile. Tu veux toujours vivre dans une famille parfaite qui est liée toute la vie, a confié celui qui a démarré le calendrier lentement. Ça touche l’orgueil.»

«Ça a paru. Je n’ai pas fait de points. Je n’étais pas là mentalement. Je me fâchais rapidement et je prenais des pénalités stupides», a-t-il raconté.

Progressivement, il a appris à contrôler ses émotions. C’est pourquoi il s’approche maintenant du plateau des 100 points. «Je me suis repris en main quand j’ai compris que j’avais un avenir à bâtir. C’était ma dernière saison, je n’avais pas le choix de me replacer. Il fallait que je joue au meilleur de mes capacités pour prouver que je suis capable de passer au prochain niveau.

«J’ai laissé mes problèmes à la porte de l’aréna et ça m’a permis de devenir plus fort et prendre en confiance», a expliqué celui dont le rendement de l’équipe est prioritaire.

Amour fraternel

Même s’il demeure à près de 150 km de distance, Martel puise une portion de son énergie en prenant soin de son frère, Hugo, deux ans plus jeune et diabétique. Liés par les liens du sang, ils sont encore plus forts depuis l’épreuve familiale de l’été dernier. «Je vais voir mon frère pour sentir que tout va bien. Ça m’aide à mieux performer», a indiqué le meilleur marqueur de l’Armada.

«J’ai toujours pu compter sur lui. Je suis impressionné par son intensité. Il mérite ce qui lui arrive parce qu’il a travaillé très fort. Il donne toujours son maximum», a relaté Hugo à propos de son modèle.


 

Dans le calepin…

 

Marco Marciano, l’ancien entraîneur des gardiens de l’Armada maintenant chez les Bulldogs de Hamilton, a mis en marché un outil pour aider le développement des habiletés des gardiens en aiguisant leurs réflexes. Il s’agit d’une housse adhérente qui s’installe sur le bloqueur et sur laquelle pourra s’agripper la balle. Au coût de 90 $, cet outil est vendu en ligne sur www.blockersleeve.com.

 

Le préposé à l’équipement de l’Armada, Bernard-Olivier Loyer, a fait des heures supplémentaires cette semaine. Il a participé à l’entraînement des joueurs blessés sous la supervision de Jean-François Fortin qui veillait à ce qu’il travaille aussi fort que Nathanael Halbert et Olivier Schingh-Gomez. Les tours de patinoire ont été nombreux…

 

Le DG et entraîneur-chef de l’Armada, Joël Bouchard, poursuivra sa quête dans le développement du hockey au pays. Il appuiera à nouveau le programme national des moins de 17 ans.

 

Jean-Michel Blain et André Sarrazin ont rendu visite à leur ancien collègue et bon ami Luc Lachapelle au pavillon des soins palliatifs Rosemont. Ils se sont remémoré de bons vieux souvenirs de leurs soirées dans la LHJMQ. Luc et son frère, Marc, ont souvent agacé Jean-Michel sur la patinoire. «Lors de l’hymne national, ils me mettaient au centre et s’appuyaient sur moi parce que je suis plus petit», s’est-il souvenu avec plaisir.

plus de nouvelles
Jour de match - L'Armada affronte le Phoenix de Sherbrooke
Il y a 2 jours
Lancement du 10e anniversaire de l'Armada JEUDI 1er OCTOBRE
Il y a 4 jours
Nos 18 | Aperçu de la saison 2020-2021 de l'Armada
Il y a 5 jours
Nos 18 | L’Armada veut livrer une bataille au sommet
Il y a 5 jours
Nos 18 | Top 5 Jeux de 2019-2020 de l'Armada
Il y a 5 jours
Marque Finale - 19 septembre contre le Phoenix de Sherbrooke
Il y a 1 semaine